vendredi 26 octobre 2012

Petit conseil pour l'hiver !

Petit conseil pour l'hiver ...



bien regarder dans le moteur et sur les roues de votre voiture si vous ne trouvez pas d'animaux en tous genres, notamment des chats qui se seraient réfugiés pour se protéger du froid. Chaque année, des accidents arrivent alors qu'un rapide coup d'oeil peut éviter de grands drames. 

Merci à vous ! 

mercredi 17 octobre 2012

L'Art peut tuer !


Une exposition de Damien Hirst au cours de laquelle 9000 papillons ont été tués vient de se terminer à la Tate Modern Gallery à Londres.



Connu pour avoir exposé une tête de vache découpée et ensanglantée et conservé un requin dans du formol, Hirst est régulièrement pointé du doigt pour ses expositions provocatrices. 9000 papillons sont décédés, piétinés par les visiteurs ou de mort naturelle, au cours de la dernière exposition de l’artiste en Grande-Bretagne. Hirst affirme cependant que « des conditions de vie parfaites ont été répliquées permettant à de nombreux papillons de vivre plus longtemps que dans leur milieu naturel».


Les papillons « exposés » ont survécu de quelques heures à quelques jours alors que les espèces utilisées peuvent survivre jusqu’à 9 mois dans la nature. Dr Martin Warren, directeur de Butterfly Conservation, une association de protection des papillons, se dit « très concerné de l’approche désinvolte de ce projet encourageant un manque de respect envers l’environnement », note le NZ Herald. Pour l'association de défense des droits des animaux, PETA "le désir d'avant-gardisme de Hirst est aussi ennuyeux qu'inhumain".


Le règne de l'indifférence, de la connerie et de la lâcheté

mercredi 3 octobre 2012

Rita Miljo : la cause animale en deuil !


UNE GRANDE DAME NOUS A QUITTÉ !

L'écologiste Rita Miljo, 81 ans et trois de ses pensionnaires singes meurent des suites de leurs blessures à la suite d'un incendie qui s'e
st déclaré dans leur sanctuaire situé dans la province de Limpopo en Afrique du Sud, sanctuaire que cette grande dame de la Cause Animale avait créé en 1989.





Tout le monde est encore sous le choc. Un incendie terrible a détruit un centre de secours babouin, tuer un écologiste de renom ainsi que trois animaux. Rita Miljo, qui a réintroduit les groupes de babouins dans les déserts de l'Afrique du Sud, est morte dans l'incendie qui a détruit une grande partie du sanctuaire qu'elle avait construit. Karl Pierce, le responsable du sanctuaire a déclaré que Rita Miljo est morte dans son petit logement au-dessus de la clinique du Centre de réadaptation des singes en pleine brousse dans la province de Limpopo. Ont été également tués dans l'incendie trois babouins dont Bobby, le babouin dominant du groupe chacma que Rita avait secouru set recueilli dans son sanctuaire en 1980. L'incendie s'est déclaré vers 20 heures hier après que des bénévoles aient quitté le centre en soirée. Personne d'autre n'a été blessé dans cet incendie, qui a consumé la clinique, les bureaux et une maison du sanctuaire situé à environ 250 miles au nord-est de Johannesburg. Une enquête est en cours afin de déterminer les causes de l'incendie. Rita Miljo s'était occupée comme une mère de plus de 400 babouins durant sa vie. Elle était restée en présence constante auprès d'eux et représentait la figure de proue du sanctuaire qu'elle avait fondé en 1989.



Né en Allemagne en 1931, Mme Miljo est arrivée en Afrique du Sud dans les années 1950. Dans un article publié en 2008 à son sujet dans le Washington Post Magazine, elle disait pourquoi aider les Babouins : " Les Chimpanzés peuvent vous tromper tout comme les humains, parce qu'ils acquièrent déjà le savoir tel que se servirent des outils etc. Nous n'avons rien à leur apprendre puisqu'ils savent déjà tout ! Alors que les babouins n'ont pas encore appris ce savoir, disait-elle, et ce qui est intéressant avec les Babouins c'est qu'en les observant, en vivant parmi eux vous apprenez toutes les vérités sur vous-même..."  Rita Miljo a été reconnu pour avoir fortement contribué à réintroduire les groupes de Babouins dans la savane d'Afrique du Sud, une espèce en danger et menacée d'extinction. En dépit des tragédies personnelles dans sa propre vie, Rita Miljo est toujours restée concentrée sur son travail pour aider le peuple des Babouins. Lorsqu'on lui a demandé en 2008 où le corps de l'un de ses pensionnaires décédé se trouvait, elle répondait rapidement : " Enterré à l'abri. Je SAIS où chacun est enterré ; c'est auprès d'eux que je veux être enterré."


lundi 16 avril 2012

Botswana : la chasse au roi


L’Espagne a pris une vraie claque. Alors qu’il est profondément miné par la crise et tenu à une politique d’austérité, le pays a découvert son roi, paradant fièrement devant un éléphant mort, fusil à la main, après la chasse. La photo, datant de 2006, était en Une des plus grands quotidiens, au lendemain de l’accident de Juan Carlos parti faire un nouveau safari au Botswana. La découverte du roi s’adonnant à ce stéréotype de loisirs pour ultra-riches a évidemment créé un profond malaise dans le pays, où la presse n’a pas manqué de s’élever contre cette aberration.
«C'est un voyage irresponsable, effectué au pire moment», commentait dimanche l'éditorialiste du quotidien «El Mundo». «Le spectacle d'un monarque chassant les éléphants en Afrique alors que la crise économique dans notre pays provoque tant de problèmes pour les Espagnols est un très mauvais exemple». Ces derniers doivent aujourd’hui trouver amers les propos de Juan Carlos qui en décembre dernier, avait appelé les responsables publics à faire preuve de «rigueur, de sérieux et d'exemplarité». Le roi avait même déclaré que le chômage l’empêchait de dormir… Alors depuis ce week-end, la presse s'indigne du coût du voyage qui s'élève selon «El Mundo» à 30 000 euros.


Elle s’insurge aussi du manque de transparence de la Maison royale, pourtant contrainte de publier ses revenus après l'inculpation d’Inaki Urdangarin, gendre de Juan Carlos, pour une affaire de corruption. Car cette petite excursion de la semaine dernière serait restée secrète si le roi, âgé de 74 ans, ne s'était pas fracturé la hanche en trébuchant sur une marche, à son campement, ce qui a nécessité son rapatriement d'urgence à Madrid où il a été opéré samedi matin. Selon «El Pais», le gouvernement de Mariano Rajoy n'a en effet été informé du déplacement royal qu'après l'accident. «Le chef du gouvernement doit savoir en permanence où se trouve le chef de l'Etat», estime le quotidien. Comble de la bêtise, si la pratique de la chasse à l’éléphant est légale au Botswana, d’aucuns soulignent que le souverain porte aussi le titre de président honoraire de la branche espagnole de l'organisation de défense de la nature WWF (World Wildlife Fund).
Après l’affaire Urdangarin, et l’accident de Felipe Juan Froilan - le petit-fils du roi, 13 ans, s'est blessé au pied en s’entrainant au tir au fusil alors que le maniement d'armes à feu est interdit avant 14 ans – ce cliché pris lors d’un précédent safari a de quoi fortement ternir l'image de la famille royale espagnole. Elle devrait surtout écorner celle du roi, jusqu’ici très apprécié de son peuple pour avoir facilité la transition du pays vers la démocratie. L’annus horribilis que vit la royauté pourrait-elle lui être fatale ? Les Espagnols ne sont pas tant attachés à la Monarchie qu’à Juan Carlos, à qui ils sont reconnaissants pour ce rôle joué après la mort de Franco en 1975. A l'heure où le chômage frappe 23% de la population active – avec près d’un jeune sur deux sans emploi – et une situation économique et financière qui pourrait faire de l’Espagne le prochain pays européen à demander un plan de sauvetage international, pas sûr que les sujets du roi continuent longtemps à voir l’utilité d’une Maison royale.
Selon moi, le plus choquant est que les médias s'alarment des dépenses publiques du roi d'Espagne plutôt que de sensibiliser l'opinion publique sur le sort réservé aux animaux des safaris. Le roi d'Espagne, que j'appréciais tout particulièrement, me déçoit énormément. Mais ce qui me déçoit encore plus, est la priorité que porte l'humanité sur le souci d'argent et moins sur le sort d'êtres vivants, de surcroît menacés de disparaître. Cet avis ne tient qu'à moi.